Bienvenue sur le site de la

Méthode Surrender

Introduction

Selon la classification conçue par le très sérieux Centre National de la Médecine Complémentaire et Alternative au National Institute of Health (USA Gov. Agency), la Méthode Surrender appartient aux CAM « complementary and alternative medicines » ou plus précisément aux IM "integrative medicines", c’est-à-dire aux systèmes qui utilisent des approches complémentaires à la médecine occidentale à des fins d'aide médicale. En france on utilise l'acronyme MAC pour Médecines Alternatives et Complémentaires. Loin du charlatanisme la méthode Surrender (lâcher prise) réalise une synthèse et capture l’essence de nombreuses autres pratiques utilisées avec efficacité de par le monde (ostéopathie crânienne douce, shiatsu, haptonomie…). En travaillant sur la capacité de l’organisme à libérer lui-même ses tensions et faire circuler son énergie, la méthode Surrender va enclencher une suite naturelle de mécanismes qui provoqueront ou accompagneront le processus de guérison (certains nommeront cela l’effet placebo). Cette méthode de thérapie manuelle ne nécessite qu’un pré requis : avoir envie de soigner ! Elle est accessible à tous pour peu que l’on possède une sensibilité permettant de ressentir ou d’accepter l’échange énergétique permanent existant entre les êtres vivants. Il n'y a pas de don, chacun en est capable. Ces sensations subtiles seront développées par l’apprentissage de la méthode. Elles permettront d’influencer la capacité de guérison du patient. Le thérapeute Surrender n’utilise pas son magnétisme, sa présence agit comme une antenne qui va permettre aux énergies vitales de son patient de circuler et de renforcer ses capacités d’auto-guérison.

En pratique

La méthode Surrender est effectuée au contact direct de la personne (pas de travail à distance). Au cours d’une séance, le praticien place ses mains dans des positions spécifiques sur le corps du patient (principalement le crâne et le sacrum). Les patients ressentent  généralement une grande sensation de détente et une forte impression de tranquillité mais parfois aussi de la chaleur et d'autres sensations subtiles et agréables. La séance dure 15-20 minutes. Le praticien n'utilise pas sa propre énergie, il ne s'agit pas de magnétisme, mais il accompagne et sécurise son patient comme lors d’une séance d’haptonomie. Pendant la séance le praticien ne pose pas de diagnostic, n’effectue pas de manipulations. La seule intention du praticien lors du traitement est d'être un vecteur de l'énergie de guérison. On estime que, pendant le traitement, le corps du patient (corps énergétique) puise l'énergie de guérison nécessaire et la distribue selon ses besoins. En terme plus scientifiques on dira que le patient mobilise et redirige ses capacités d'auto-guérison (cellulaires, biochimiques et biophysiques) aux endroits ou c'est essentiel ou nécessaire. C'est la raison pour laquelle une « overdose» d’énergie n'est pas possible, puisqu'il n'y a pas d'apport extérieur. Un gage de sécurité pour le patient puisque ce sont ses capacités propres qui sont réactivées. Voilà donc en quelques mots le paradigme de cette méthode pour laquelle, quelles que soient les explications (médicales, physiologiques, psychologiques, spirituelles ou énergétiques), les bénéfices cliniques sont tangibles.

Résultats

Au cours des dernières années la quantité de publications médicales citant les thérapies complémentaires est montée en flèche, avec plus de 26oo articles sur PubMed et plus de 1000 résumés Cochrane.  Sur ce nombre, 107 articles, publiés entre 1994 et 2014, sont dédiés spécifiquement aux effets des thérapies utilisant les principes de la méthode Surrender. Les spécialités ou l'apport de ce genre de méthode ont été les plus étudiées sont la cancérologie, la chirurgie et toutes les spécialités ou l'on rencontre des douleurs aiguës ou chroniques. Bien que la majorité de la recherche et des articles éducatifs proviennent des États-Unis, du Canada et du Royaume-Uni, d'autres pays, comme la Suisse, l'Allemagne, la Pologne, l'Inde et le Portugal sont en train de s'impliquer fortement. Vous pouvez télécharger des exemples d'articles complets qui décrivent concrètement les résultats scientifiques que l'on peut attendre de la méthode Surrender (et des autres MAC) sur la page documents.

Conclusion

La méthode Surrender gagne en popularité chez les patients, les thérapeutes et de nombreux services cliniques dans des hôpitaux prestigieux [Harvard Bringham & Women's hospital, Mayo Clinic, APHP...]. Dans ces centres, un pragmatisme tout à fait nord-américain préside à l’activité des praticiens : « whatever works » (du moment que cela marche), mais ils sont encadrés par une démarche factuelle (evidence based) affirmée, dans un objectif clair d'augmenter la quantité de preuves de l'efficacité des médecines complémentaires. L'augmentation du nombre de publications sur le sujet permet une plus large acceptation dans la communauté médicale, ce qui pousse la recherche autour de ces pratiques, augmente l'offre et répond à la demande croissante des patients (ex: USA1, USA2, Suisse, France) vis à vis de méthodes de soins douces, respectueuses, holistiques, préventives et plus économiques.